Get Adobe Flash player

Bien respirer pour bien vivre

C’est un lieu commun de dire que la qualité de la respiration est un élément essentiel de la santé. Et pourtant, pouvons-nous affirmer que nous respirons tout le temps harmonieusement ? Notre respiration est bien souvent réduite dans son amplitude par des tensions musculaires au niveau du visage, du plexus solaire, du bas ventre, des épaules, de la gorge et de la nuque. Ces zones, lorsqu’elles sont crispées (même légèrement), empêchent notre diaphragme de fonctionner correctement. Ces tensions sont le plus souvent produites par l’identification à certains schémas de fonctionnement, qui sont pour la plupart du temps inconscients. Bien entendu, ces tensions ne sont pas seulement causées par de fortes émotions ; il suffit d’une simple pensée en apparence anodine, et la crispation apparaît sans que nous nous en rendions compte.

Au lieu d’être parfaitement maîtres de soi en toute circonstance, nous nous laissons le plus souvent influencer dans l’inconscience des énergies qui nous animent, un peu à la manière d’un robot qui rejouerait continuellement les mêmes programmes, de manière automatique. Ces programmations inconscientes sont le résultat d’années de conditionnements au cours desquelles nous avons mis en place des mécanismes de défense destinés à nous maintenir le plus éloigné possible de nos blessures émotionnelles, ces « ombres intérieures » que nous refusons de dévoiler au grand jour par peur de ne pas être reconnus, aimés, acceptés et estimés par les autres. Ces mécanismes de défense sont censés nous protéger pour ne pas souffrir davantage. Toutefois, la peur de revivre la souffrance qui leur est associée, créée un état de crispation qui est l’état opposé du lâcher-prise et qui est la cause de bien des tourments.

Le lâcher-prise est synonyme d’acceptation inconditionnelle et d’ouverture totale à l’instant présent. Il équivaut à un acte de foi par lequel nous nous ouvrons à notre véritable essence qui est Souffle divin. Cette « Lumière » ne demande qu’à nous apporter tout ce dont nous avons vraiment besoin pour vivre une vie pleine et entière, dans la protection, la santé, la joie, l’harmonie et l’abondance. Cet état de lâcher-prise nécessite forcément l’abandon des mécanismes de défense mis en place par un « faux-moi » auquel nous nous identifions tant que nous croyons que l’Amour ne peut venir que des autres.

Ce faux-moi est toujours en train de déployer de l’énergie pour combler le « vide », le manque d’Amour. S’il n’y parvient pas, il sait qu’il ressentira un manque qui se traduira par de la souffrance. Il éprouve alors la peur de manquer. Par réflexe, le corps se crispe sous l’effet de cette peur. C’est un mécanisme de protection destiné à optimiser les chances de survie face à un danger. Les muscles se contractent, favorisant la réactivité. Le problème est que le faux-moi est constamment sur ses gardes, par peur de manquer justement et, par conséquent, de mourir sur le plan psychologique. Même lorsqu’il est temporairement « nourri », il sait que cela sera de courte durée et qu’il faudra à nouveau remplir le vide d’une manière ou d’une autre. Cela maintient l’individualité dans un état de stress permanent.

Lorsque nous sommes identifiés au faux-moi − symbolisé par la persona, ce masque que portaient les acteurs dans l’antique tradition théâtrale grecque −, nous avons nécessairement peur de ne pas réussir à combler nos manques. Alors, nous nous contractons et nous perdons notre fluidité et notre spontanéité. Cette peur de manquer se reflète dans le corps, par des contractions donc, mais aussi par notre posture et la qualité de notre respiration. En cela, notre corps reflète toujours exactement ce qui se passe dans notre psyché.

Ainsi, la peur qui résulte de l’identification au faux-moi se traduit par une absorption réduite du « souffle vital » contenu dans l’air. En y regardant de plus près, cela est tout-à-fait logique. Le souffle vitale – que les orientaux appellent prâna – est la manifestation la plus subtile de notre véritable essence qui est pure Lumière (ou Souffle divin), et qui est le Principe universel qui sous-tend cette manifestation subtile. La respiration (notez la correspondance avec le « souffle »), lorsqu’elle est naturelle, nous permet d’absorber de façon optimale cette énergie vitale contenue dans l’atmosphère. Par contre, en étant identifiés au faux-moi et à l’état de crispation et de fermeture qu’il induit, il est normal que nous ne soyons pas en mesure de nous en laisser remplir harmonieusement.

En d’autres termes, si on ne peut s’Aimer inconditionnellement, alors il est logique que, sur le plan physiologique, nous nous empêchions d’être parfaitement « nourrit » en prâna également, puisqu’il s’agit là d’une seule et même essence manifestée à des degrés différents. Ainsi, notre capacité à respirer naturellement traduit notre capacité à nous Aimer inconditionnellement et, par là même, notre capacité à lâcher-prise et à faire confiance à l’étincelle de vie qui nous anime. A contrario, plus nous sommes identifiés à des schémas de peur, moins notre respiration est fluide. Observons les animaux et les nouveau-nés ; ils n’ont pas un mental rebelle par l’intermédiaire duquel le faux-moi peut les influencer ; leur respiration est, par conséquent, naturelle, profonde et harmonieuse.

Nous avons tendance à nous tourner vers le monde extérieur à la recherche de solutions toutes faites pour éviter de produire les efforts nécessaires à notre libération intérieure. Cet « extérieur », nous nous y déportons également lorsque nous ressentons une insatisfaction ou un « vide » existentiel, dans le but d’y trouver une source de stimulation destinée à combler le sentiment désagréable de manque et à nous apaiser. C’est ce besoin de stimulation qui peut nous conduire à des comportements compulsifs qui, en plus de nous empêcher de vivre ce que l’on voudrait vraiment pouvoir vivre, sont bien souvent néfastes pour notre équilibre intérieur. Ce besoin de stimulation compensatoire nous rend dépendants du monde extérieur et lui donne le pouvoir de conditionner nos états d’âme. Nous dépensons quantité d’énergie pour être stimulés mentalement et émotionnellement, et perdons de vue qu’il nous est possible de nous sentir vivants et « remplis » d’une autre manière, en absorbant le prâna par la respiration.

En utilisant les trois clés du lâcher-prise que sont le ressenti, le relâchement et la correction de la posture, nous pouvons faire l’expérience, très simplement, de l’ouverture à cette énergie vitale, et ainsi nous libérer du besoin d’en chercher un substitut dans les sources de stimulations extérieures. En observant notre respiration, la posture de notre corps et les tensions qui s’y trouvent, nous disposons toujours d’une indication claire et précise sur notre état d’esprit et sur notre capacité à absorber le prâna. Si nous prenons conscience que notre respiration n’est pas totalement fluide, il nous est possible de faire l’effort conscient du lâcher-prise afin de nous libérer de l’influence des schémas de fonctionnement qui nous oppressent.

Alors, ici et maintenant, focalisons notre attention sur notre corps. Corrigeons notre posture de manière à offrir de l’espace à nos poumons et à notre diaphragme. Puis, relâchons tous les muscles qui n’ont pas besoin d’être contractés (en particulier les zones citées au début de cet article) tout en ressentant les sensations que nous procure ce relâchement. Nous n’avons pas besoin d’agir directement sur notre respiration, car celle-ci se régulera d’elle-même une fois libérée des blocages qui l’entravaient. Restons quelques minutes dans cet état de présence vigilante et détendue à soi-même, à notre corps.

Le lâcher-prise qui ouvre les portes de notre incarnation à l’énergie d’Amour ne tient à rien d’autre qu’à cela. Nous pouvons cultiver cet art du lâcher-prise le plus souvent possible, quelles que soient nos activités. Il n’y a pas d’exception à la possibilité de bien respirer pour bien vivre…

l’Alchimie du Coeur, NOUVELLE ÉDITION
Retrouvez Elan sur…
aucoeurduvivant aucoeurduvivant facebook google_plus twitter2 youtube-icone
Soutenez Elan
Vous pouvez soutenir la démarche d'Elan en offrant une donation libre. Soyez d'ores et déjà cordialement remercié-e pour votre générosité.


Inscription à la Newsletter

ebook_image

Inscrivez-vous gratuitement et recevez en cadeau cet ebook de 220 pages. Pour cela, il suffit d'indiquer votre adresse email et votre pseudonyme (ou votre prénom) dans les cases ci-dessous, puis de cliquer sur le bouton "je m'inscris".

 

Email * :
Pseudo * :
* champ obligatoire.

Cet ebook contient :.

  • La présentation des thèmes des 24 méditations guidées
  • Le texte des 24 méditations guidées
  • 38 questions-réponses sur la pratique de la méditation guidée
  • 34 témoignages d'utilisateurs de ces méditations guidées
Utilisateurs en ligne
6 invités